Madeleine CHANGEUX-GILET

L'enfant du fleuve

Roman

 
 
Édition format poche (11 x 17)
disponible sur la librairie en ligne
de TheBookEdition.com : ici
 
 

 
 
La Lampe de Chevet Éditions (2007)
 
Épuisé chez l'éditeur
 
ISBN : 978-2-9528910-1-1
 
14 cm x 20 cm – 196 pages
 
16 €
 
 
 
 
L'enfant du fleuve a été récompensé par 
le PREMIER PRIX du roman
au concours littéraire 2010
                                             de l'Association des Peintres, Poètes et Écrivains Landais
      Aquarelle Michel Gilet
 
 
 
RÉSUMÉ :
 
Marquée par un drame qui la laisse orpheline en 1960, quelques jours après sa naissance, Hélène développe une sensibilité extrême. Germain, son grand-père maternel, Blanche et René, ses parents, ont trouvé la mort dans un accident de voiture en ramenant le bébé de la maternité. Élevée à Sainte-Rosalie-sur-Loire* par sa grand-mère, qu’elle surnomme affectueusement Mamille et qu’elle adore, la fillette trouve très tôt refuge dans la lecture et l’écriture. On la retrouve à différents moments importants de son existence : adolescente, jeune fille puis mère de famille, au fil de ses grandes rencontres avec l’amitié et l’amour, entre bords de Loire et Bassin d’Arcachon.
 
Qui détient la clé qui la libérera de ses peurs et du poids des souvenirs ?
 
Un roman tout en fraîcheur et en sensibilité, dans lequel on s’interroge sur l’éternel jeu du destin, du hasard, et peut-être, pourquoi pas, de “l’au-delà” à travers de bien mystérieux petits coeurs !
 
*Sainte-Rosalie-sur-Loire est une ville imaginaire, inspirée par deux communes du Loiret : Pithiviers et Chécy.
 
EXTRAIT 1 :

Le cœur battant la chamade, la tête à l’envers, Hélène reste longtemps derrière la porte qui s’est refermée entre elle et Vincent, partant déjà vers une autre vie.
Ce serait donc cela, l’amour ? Cette sensation à la fois agréable et douloureuse ? Ce fol espoir immédiatement anéanti ? Le sentiment que le secret du bonheur se trouve tout simplement au creux de l’épaule d’un garçon ?
Elle a la certitude que cette soirée, sans suite et sans réelle promesse, se devait d’avoir lieu, que tout a une raison de s’accomplir, et que ce beau jeune homme fait dorénavant partie de son histoire.
Elle verse quelques larmes avant de s’endormir puis pense à Mamille et se console en décidant de la place qu’elle va bien pouvoir donner à Vincent dans la malle de ses plus beaux souvenirs.
 
EXTRAI 2 :

Leur mariage a eu lieu samedi dernier, week-end de la fête de Sainte-Rosalie, avec pour témoins Jean-Yves et Laurence. Les parents de Julien, sa sœur, et plusieurs membres de la famille, avaient pour l’occasion effectué le déplacement depuis la région bordelaise.
Le jeune homme a été heureux de pouvoir leur faire découvrir ce beau département devenu le sien, traversé d’est en ouest par la Loire. Il se sent merveilleusement bien dans la douceur et la diversité de ses paysages ; dans ses villes et ses villages imprégnés d’un riche passé architectural, culturel et religieux ; devant ses nombreux châteaux qui lui ont permis d’accomplir de passionnants voyages dans l’histoire ; sur ses petites routes de campagne, au milieu de cultures céréalières, maraîchères ou fruitières ; sur les chemins de sa vaste forêt et sur ceux qui longent ses canaux. Oui vraiment, le Loiret et lui se sont mutuellement adoptés !
Et son mariage ici, à Sainte-Rosalie-sur-Loire, lien supplémentaire et indélébile avec cette terre de la Région Centre !
Qu’elle était belle sa petite Hélène, entrant timidement dans l’église au bras de son oncle Pierre ! Son voile virginal, sa confiante jeunesse, l’amour qu’elle lui offrait... tout en elle le bouleversait encore. En la regardant avancer lentement vers lui, au son majestueux des grandes orgues, il avait senti son cœur s’emballer et les larmes lui monter aux yeux.
Croisant le regard de Mamille à ce moment-là, il avait ressenti, encore plus intensément, l’immense responsabilité qui devenait la sienne. À plusieurs reprises elle lui avait fait part de son inquiétude à l’idée de voir sa petite-fille, si fragile et si sensible, quitter la maison et se lancer si jeune dans une vie de couple. Camille semblait donc une nouvelle fois vouloir lui rappeler ses craintes. Il lui avait souri avec une assurance qu’il était loin d’éprouver.
 
EXTRAIT 3 :

La main dans la main, ils remontent à grands pas vers la jetée d’Eyrac.
Ils passent près du manège sur lequel tournent en musique quatre ou cinq bambins emmitouflés, puis descendent sur la plage après un bref arrêt devant la cabine téléphonique, le temps d’évoquer en silence leur amie Laurence. Nul besoin de paroles, ils savent l’un et l’autre qu’ils ne manqueront pas de revenir plus longuement se recueillir à cet endroit dans les jours qui viennent.
Ils marchent sur le sable humide, que la mer ne tardera pas à recouvrir de nouveau.
Soudain le soleil réussit une percée à travers les nuages. Le Bassin retrouve, l’espace de quelques secondes, son exceptionnelle luminosité. Puis aussitôt le vent s’accentue et le paysage retombe dans la grisaille de novembre.
Ils quittent la plage et le port pour se diriger vers le quartier de l’Aiguillon.
L’église Saint-Ferdinand, surmontée d’une statue du Sacré-Cœur, semble leur tendre les bras. Tout près se situe la maisonnette de leurs amis.
Jean-Yves se précipite déjà pour leur ouvrir la porte.
– Comme je suis heureux de vous revoir ! En cette période où nous aurions bien besoin de l’éclat du soleil, sois la bienvenue à Arcachon ma petite Hélène ! Grâce à toi, demain il fera beau !
– Laisse-les donc entrer ! Avec ce froid, tu aurais pu t’arranger pour aller les chercher en voiture tout de même ! Je sais qu’ils aiment marcher, mais ce soir après le dîner il ne sera pas question qu’ils repartent à pied !
Comme chaque fois, Hélène et Julien savourent ces moments de retrouvailles. C’est si bon de ressentir à ce point la chaleur et la force de l’amitié !
 

 
 
 
1er Prix APPEL 2010
 
 
~ ~ ~
 
Interview (11 déc. 2010) de l'écrivain provençal Jean-François Coubau
sur "DraguiTV" pour la sortie de son excellent roman
La carte impossible, aux éditions La Lampe de Chevet : Ici
 
Sympathique présentation de L'enfant du fleuve à la fin de cette interview 
 
 
 ~ ~ ~
 
 

 
 
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

 

 

visites